La pratique du canoé permet souvent d’accéder à une nature sauvage, des lieux très isolés, et cela peut être un grand plaisir, à condition de ne pas tenter de brûler les étapes. En effet, certains endroits peuvent être très dangereux et il faut donc parfois avoir un bon niveau de pratique pour les aborder.

Apprendre le canoé

Le canoé peut paraître facile, lorsqu’on regarde les pratiquants donner un coup de pagaie d’un côté, puis de l’autre… mais ce n’est pas si simple car, en particulier lorsque le courant est un peu fort, un petit coup de pagaie peut nous mettre en grande difficulté. La meilleure façon d’aborder ce sport est probablement de donner ses premiers coups de pagaie sur un plan d’eau où il n’y aura ni courant, ni vagues, ni rapides, ni rochers.
On apprendra alors à manier le canoé avec dextérité, à avancer plus ou moins vite, à tourner, à virer… et même à s’arrêter, sans oublier que le canoé peut se pratiquer seul ou à plusieurs et qu’il faut alors agir en harmonie.

Rivières, lacs, mers… des dangers différents

Après avoir appris à maîtriser la direction du canoé sur eaux calmes, viendra inévitablement l’envie d’aborder des cours d’eau plus agités et de rencontrer la nature sauvage, mais il faudra aussi respecter cette nature et les autres utilisateurs, pêcheurs, baigneurs… au minimum en ne laissant pas ses déchets sur les plages ou, pire, dans l’eau, et en évitant de faire trop de bruit. Certaines rivières sont plus difficiles que d’autres, et les débits d’eau sont très différents en fonction des saisons, et donc les conditions de navigation aussi. Chaque région propose des lieux de pratiques du canoé, mais certaines rivières comme l’Aveyron, l’Ardèche, l’Ariège… sont des lieux très prisés des amateurs de ce sport. Toutefois, même sur ces cours d’eau, il existe différents niveaux de difficultés et certains endroits nécessiteront d’excellentes compétences et des équipements performants. Mais, dans tous les cas, il faudra avoir la prudence de s’équiper de gilets de sauvetage et parfois même de casques, en tout cas pour les enfants, afin que la promenade plaisir ne se termine pas en cauchemar.

auteur d’image : moonrun – Fotolia

Articles similaires: